sjccc004

En 2004, après la mise en œuvre de nouvelles orientations du ministère de la Santé et des Soins de longue durée visant à restructurer les soins de santé dans notre communauté, notre établissement a adopté la dénomination « Centre de soins prolongés St-Joseph ». Avec son infrastructure et ses programmes, le Centre a succédé à la Villa St-Joseph (soins de longue durée) et à l’Hôpital Hôtel-Dieu (soins continus complexes). C’était il y a plus de dix ans, mais encore aujourd’hui, on entend les gens parler de “la Villa” et de “l’Hôtel-Dieu”.

Nous sommes fiers de notre éventail de services et de l’héritage qu’a laissé à notre communauté notre congrégation religieuse fondatrice, les Religieuses Hospitalières de Saint-Joseph (RHSJ). Les RHSJ se sont établies dans la région en 1897 et ont répondu fidèlement aux besoins de la communauté jusqu’en 2003. Pendant cette période, 147 religieuses sont venues en aide à des personnes malades, jeunes, âgées et marginalisées de notre communauté et ont assuré la formation d’infirmières. Les établissements et les organismes que les RHSJ ont fondés et dont elles ont assuré le fonctionnement sont l’Hôpital Hôtel-Dieu (1897), la Résidence Saint-Paul (1898), l’Orphelinat Nazareth (1909), l’École des infirmières de Saint-Joseph (1929), l’Hôpital Macdonnell Memorial (1959), la Villa St-Joseph (1969), le pavillon Janet Macdonell (1989), les Appartements Marie de la Ferre (1992) et le Centre de soins prolongés St-Joseph (2004).

Comme nos fondatrices, nous demeurons au service de la population afin de répondre à ses besoins, en nous inspirant de notre mission et en collaborant avec nos partenaires du système de santé et de la communauté. Récemment, avec l’aide du Réseau local d’intégration des services de santé de Champlain (LHIN), nous avons aménagé une unité de soins de rétablissement de huit lits qui, dans le cadre de notre Programme de soins complexes, fournit des soins postactifs à des patients afin de faciliter leur retour à la maison.

Courageuses devant l’adversité et les occasions qui s’offraient à elles, les religieuses ont toujours travaillé pour le bien commun, et nous sommes déterminés à maintenir leur tradition de service.